AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Réparation Artificielle | Jaylio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
membre, in the community

avatar

Messages : 207
Pseudo : /
Célébrité, © : Marlon Teixeira, ©pretty young thing

Âge : Vingt-quatre coquillages nacrés tapissent le sable ardent de sa plage bercée de lumière.
Occupation : Soigneur animalier à l'Oregon Coast Aquarium, il gère et prend soin du bassin des requins et intervient régulièrement dans celui des otaries.
Statut civil : Le cœur trompé par des illusions, reflet d'une utopie inatteignable, reste meurtri d'une blessure béante. Le célibat s'impose à celui qui ne croit plus aux chimères.
Quartier : Appartemment spacieux et moderne, situé à Jasmine Creek.


MessageSujet: Réparation Artificielle | Jaylio   Dim 28 Mai - 1:50


Réparation Artificielle
“Humour : pudeur, jeu d'esprit. C'est la propreté morale et quotidienne de l'esprit.” Jules RenardJayce & Helio


Une douce lumière irradiait l'horizon, nappant les rues de teintes claires tirant sur un savant mélange d'orange aux nuances de miel et d'or. Spectacle quasi hypnotique, l'air matinal aux douces effluves maritimes amplifiait cette sensation agréable de plénitude extrême. Encore une  journée placée sous les rayons du zénith s'annonçait. Si pour l'instant la température relevait du supportable, bercée par des brises venues de la grande étendue cobalt, la chaleur habituelle de ces jours de printemps deviendrait bientôt semblable à celle ressentie dans une fournaise, dénuée de toute fraîcheurs alentours. Le seul remède efficace reposait sur une simple immersion dans l'océan, cet élément naturel doté de courants vivifiants. La seule pensée, presque obsédante, d'immerger son corps dans sa totalité, hantait l'ensemble des esprits de chaque individu. Mais si cette idée pouvait se révéler possible pour quelques privilégiés, pour d'autres, citoyens modèles de la société, la réalité ne pouvait que les rattraper. Car peu nombreux demeuraient ceux qui de travail étaient exemptés, par ce lundi ensoleillé.
Appartenant à ce groupe des plus enviés, mais néanmoins étriqué, j'avais choisi de profiter de mon jour de repos, d'une manière des plus banales qui soit. La mer, foyer cher à mon cœur, m'appelait de son chant ensorcelant tout comme le vent, murmure insolent, caressait mon épiderme d'une façon bien trop suggestive. Tandis que la route s'étendait à l'infini devant moi, une réplique, issue d'un film bien connu mettant en scène un célèbre pirate prêt à écumer les eaux les plus dangereuses en quête de trésors légendaires, se mit à tourner en boucle dans ma tête. Le chant s'élève dans les airs. Bientôt je répondrai à cette alléchante invitation.
Mais d'abord, le chemin que j'empruntais me conduisit vers une destination bine plus inattendue. En proie à une folie défiant toute moralité, une envie aussi vive que fugace m'apparut comme évidente. Il me fallait rassasier ce désir irrésistible de bouleverser le quotidien platonique que supportait Jayce fréquemment dans son emploi.
Choisissant une place dans le parking externe du garage, je garai ma Jeep Wrangler TJ de 2006, en évitant délibérément de stationner à l'ombre. Aussi éblouissant que les phares d'une voiture, l'astre royal faisait scintiller d'une façon fascinante la peinture d'un noir profond, la rendant ainsi pareille à un ciel étoilé. Un spectacle fort joli à regarder mais qui devrait attendre la fin de mon jeu improvisé. Me dirigeant sans hésitation aucune, à l'intérieur du garage, il ne me fallut guère plus que quelques secondes pour repérer mon ami parmi ces salopettes anthracites. Le dos tourné, les cheveux légèrement en bataille et un tissu maculé de tâches de graisse dépassant négligemment de sa poche, sa concentration semblable à celle de Bouddha, paraissait inébranlable. Il ne pouvait m'avoir aperçu. Prenant alors un accent mexicain plus ou moins approximatif, je fis en sorte que cette "concentration" se focalise sur moi. « Excusez-moi? Auriez-vous l'extrême amabilité de cesser votre tâche et de vous dépêcher de bouger vos fesses pour vous occuper de ma voiture ? Si je ne m'abuse le client est roi alors j'estime devoir être traité comme tel ! » Je prenais sur moi afin qu'aucun éclat de rire ne m'échappe. Le mettre en fureur était sans aucun doute le meilleur moyen de me divertir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Réparation Artificielle | Jaylio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WAY WE WERE :: Newport Beach, California :: Lower Newport Beach-
Sauter vers: